Ten Bogaerde : à ne pas manquer cet été !

Ecoutez Els Wuyts au micro d’Edmond Morrel


Ecoutez Els Wuyts au micro d Edmond Morrel (8.6 Mo)

Ten Bogaerde : à ne pas manquer cet été !

Ten Bogaerde

On ne le dira jamais assez : la culture ne connaît pas les frontières, elle les franchit, elle les contourne, elle les piège. Qu’elles soient culturelles, linguistiques, communautaires, les frontières ne résistent pas aux assauts des artistes et de celles et ceux qui les promeuvent.
Ce n’est pas la dynamique Els Wuyts qui nous contredira. Après des études en histoire de l’art à Gand, elle débute sa carrière au SMAK (Stedelijk Museum voor Actuele Kunst), le musée d’Art Contemporain de Gand, pour ensuite animer "Beaufort" ces expositions bisannuelles qui s’échelonnent sur la côte belge transformée en galerie d’art contemporain face à la Mer du Nord. Aujourd’hui elle est responsable du département "Culture et Patrimoine" de la commune de Koksijde (qui réunit Wulpen, Oostduinkerque et Saint-Idesbald). Elle nous a guidé dans le nouveau Centre d’Art Ten Bogaerde qui ouvre ses portes demain samedi 2 juillet 2016. Comme pour tous ceux que j’ai croisés lors de cette visite, employés enthousiastes de l’administration communale de Koksijde, Els Wuyts semble littéralement portée par ce projet qui ajoute encore à la région une valorisation des artistes qui y ont trouvé l’inspiration dans la paix, le silence, et la beauté des lieux, comme en témoignent Delvaux (un des plus beaux musées de Belgique, visité par des admirateurs venus du monde entier : nous y reviendrons bientôt), Walter Vilain (un de ses élèves), Taf Wallet, Edgard Tytgat.
Ten Bogaerde accueille une exposition permanente de l’immense artiste qu’est Georges Grard, natif de Tournai il s’installa à 30 ans à Saint Idesbald et y devint un des fondateurs de ce qui s’appellera "L’Ecole de Saint Idesbald" , illustrée par d’autres artistes qui aimaient à se réunir chez Georges Grard : Taf Wallet, Edgard Tytgat, Paul et Luc Haesaerts, Robert Giron et bien sûr Constant Permeke.
Ten Bogaerde s’ouvre aussi à des expositions temporaires. La première d’entre elles se déploie en association avec le FRAC-Nord Pas de Calais dont une partie des collections est exposée dans la ferme de l’abbaye. Les choix, réalisés par Richard Leydier , sont librement inspirés du livre de Fernand Puillon, "Les pierres sauvages"

Prenez la route de Saint-Idesbald, avant d’y arriver, peu après Furnes, vous verrez l’ensemble abbatial Ten Bogaerde. Prenez le temps de vous y arrêter, de le visiter, d’y découvrir l’étonnante sérénité que suscite la confrontation paisible entre le ciel, l’horizon, les tuiles rouges de l’Abbaye et la confondante modernité des oeuvres d’art qui vous y sont proposées.

En ces temps où la violence, l’égocentrisme politique, l’intolérance, la discorde semblent gouverner le monde, des initiatives culturelles comme celles que mènent ici des administrations publiques (Ten Bogaerde) et des fondations privées (Musée Delvaux) doivent être saluées.

Edmond Morrel , Ten Bogaerde, 1 juillet 2016

Sur le site de Ten Bogaerde en français

Avec le FRAC Nord-Pas de Calaisà Koksijde
Les pierres sauvages
D’après une idée de Richard Leydier
Expo : ‘Les pierres sauvages’ dans tout nouveau Centre d’Art 01/07/ - 31/08/2016
Pour la première exposition du tout nouveau Centre d’Art "Ten Bogaerde", ancienne dépendance de l’Abbaye des Dunes, la commune de Koksijde invite le musée d’art FRAC Nord-Pas de Calais de renommée internationale à exposer une partie de sa collection d’art contemporain.
L’histoire de l’Abbaye des Dunes remonte au début du 12ième siècle. Un peu plus tard, elle tombe sous la protection d’une nouvelle communauté monastique présente partout en Europe : l’Ordre de Cîteaux, sous la houlette du charismatique Bernard de Clairvaux. L’abbaye possédait sur le site de Ten Bogaerde une dépendance, qui a été entièrement restaurée au cours des dernières années et abrite désormais un centre d’art flambant neuf.
La toute première exposition baptisée ‘Les pierres sauvages’ fait référence au roman éponyme de Fernand Pouillon. L’auteur y raconte les difficultés rencontrées par les moines cisterciens lors de la construction de l’Abbaye de Thoronet, dans le sud de la France, avec en toile de fond leur questionnement sur l’ordre des choses : leur foi. Les moines de Koksijde ont également connu pareille destinée : le sable, les tempêtes, les inondations et les conditions climatiques extrêmement rudes.
L’exposition ‘Les pierres sauvages’ se veut un hommage à ces hommes qui, malgré les épreuves, ont décidé de se retirer du monde pour construire le leur : au nom d’un idéal fort. Les oeuvres contemporaines sélectionnées font état, de façon directe ou plus subtile, des règles strictes des cisterciens et illustre la vie au sein d’une abbaye au Moyen-Age. Un splendide et parfois étonnant prolongement de l’histoire qui est également retracée au sein du Musée de l’Abbaye des Dunes.
Les oeuvres minimalistes de Donald Judd ou Carl André sont empreintes d’un style austère, totalement dépourvu d’ornements et glorifié par Saint Bernard. Le Carillon de Pierre Huyghe bat aux sons qui résonnaient sous les voûtes de l’abbaye, alors que le Massolo de Piero Gilardi et le Cercle de pierre de Richard Long font vibrer les anciennes pierres, des minéraux bruts qu’il fallait apprivoiser pour bâtir l’impensable : des pierres, vestiges d’une autre époque, pour le visiteur qui parcourt aujourd’hui les ruines de ce qui fut jadis la majestueuse Abbaye Notre- Dame des Dunes.

Le FRAC (Fonds Régional d’Art contemporain) rassemble des oeuvres d’art contemporain depuis le début des années 80. Il est situé à Duinkerke, dans un bâtiment qui a été imaginé par les architectes Lacaton & Vassal. Les oeuvres de cette collection sont destinées à être exposées dans la région et à être prêtées à d’autres organismes partenaires.
Plus d’infos :www.koksijde.be
Plus d’infos :www.fracnpdc.fr
En pratique
FRAC Nord-Pas de Calais à Koksijde - Les pierres sauvages George Grard
Jours et heures d’ouverture
pendant la durée de l’exposition (du 1er juillet au 31 août 2016 inclus)
mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10.00 à 17.00
fermé le lundi et le mardi
Exposition permanente George Grard
George Grard (1901-1984) est considéré comme l’un des plus grands sculpteurs belges. Il a longtemps vécu et travaillé à Saint-Idesbald. C’est la raison pour laquelle l’administration communale de Koksijde a décidé de présenter tout un pan de son travail au grand public – dans et autour du Centre d’Art Ten Bogaerde. Mais aussi et surtout parce que Grard fut l’une des chevilles ouvrières d’un mouvement, désormais connu sous le nom d’‘Ecole de Saint- Idesbald’.
A 14 ans, George Grard s’inscrit à l’Académie des Beaux-arts de Tournai, qu’il aurait fréquentée jusque 1923. Après la première guerre mondiale, il décide de se consacrer entièrement à la sculpture, sous l’influence de son maître Maurice De Korte.
L’Ecole de Saint-Idesbald
Pendant l’entre-deux-guerres, l’artiste George Grard décide de s’établir définitivement à Saint- Idesbald. Sa maison de pêcheur devient le lieu d’échanges et de rencontre d’artistes renommés comme Constant Permeke, Taf Wallet, Edgard Tytgat, Robert Giron, Paul et Luc Haesaerts. Ainsi naquit l’Ecole de Saint-Idesbald : une pensée commune. Un art de vivre, une façon de vivre l’art.
En dépit des réticences de Grard lui-même, ‘l’Ecole de Saint-Idesbald’ suivra son propre chemin. Mais point question d’apprentissage, plutôt une ambiance de vacances permanente où travail et jeu se mêlent pratiquement de manière organique. Même si chacun y venait pour développer son art de façon individuelle, l’endroit était propice à des discussions bruyantes au

cours d’un déjeuner, de parties de fléchettes ou de pétanque érigées en rituel. Ainsi, la maison de Grard fourmillait d’activités artistiques.
Pendant cette période, la sculpture de George Grard va connaître son apogée, avec quelques- unes de ses oeuvres majeures dont ‘Le Printemps’ (1935) et ‘La Baigneuse penchée’ (1938). Après la Seconde guerre mondiale, Eddy Van Vliet, Paul Delvaux et Pierre Caille se rallient au mouvement. Francine Van Mieghem entre aussi dans sa vie. Les oeuvres ‘La Naïade’ (1947), ‘La Mer’ (1952), ‘La Grande Africaine’ (1957), ‘La Caille’ (1958) datent de la période d’après- guerre. Dans les années 70, il poursuit son oeuvre avec entre autres ‘La Tordue’ (1975) et la ‘Femme regardant le soleil’ (1978).
Ses sculptures reflètent la vie de manière très naturelle et se caractérisent par une ligne puissante mais fluide. La maison de George Grard sera, pendant toutes ces années et jusqu’à sa mort, le repère d’artistes célèbres.
Les oeuvres de George Grard font partie de l’exposition permanente mais ne sont visibles que pendant les heures d’ouverture d’autres expositions.
Plus d’infos : cultuur@koksijde.be
Le Centre d’Art Ten Bogaerde
de la dépendance abbatiale au centre artistique, à l’ombre de l’Abbaye Notre-Dame des Dunes
La grange
Dans les dépendances de l’Abbaye des Dunes de Koksijde, les frères-convers étaient au service de la communauté abbatiale. La dépendance Ten Bogaerde, certes pas la plus grande, se verra annexer – vers 1240 - la plus imposante grange.
L’édifice monumental présente deux splendides pignons à contreforts. Il est construit à l’aide de grandes briques, dénommées ‘moefen’ – le matériau de construction auquel l’abbaye doit sa renommée.
Constitué de trois vaisseaux supportés par des piliers en pierres naturelles ou briques, l’édifice est à la fois fonctionnel et beau, de style roman néo-gothique, avec des arcs en plein cintre et des niches sur les pignons.
Pendant des années, Ten Bogaerde sera la plus grande dépendance jusqu’à sa destruction par les iconoclastes pendant les périodes de troubles religieux. La grange est incendiée par les insurgés de la ville d’Ostende, en 1593. Les Seigneurs des Dunes n’ont jamais entrepris de reconstruire la grange.
Monument classé
En 1952, le site Ten Bogaerde est repris comme monument classé. En ce qui concerne la grange, seuls les pignons sont classés, pour ne pas compromettre l’activité agricole. Par la suite, la commune de Koksijde achète le complexe qui au prix d’importants travaux de préservation et restauration, va permettre l’ouverture du Centre d’Art Ten Bogaerde.

Sur le site de Ten Bogaerde en néerlandais :

Tijdens het eerste weekend van juli opent het Kunstencentrum Ten Bogaerde haar deuren ! Kom de prachtig gerenoveerde schuur bewonderen en geniet ondertussen van een mooi gevuld programma voor jong en oud. Vergeet de tijdelijke (i.s.m. FRAC Nord-Pas de Calais) en permanente (G. Grard : bronzen beelden en de Grardzaal) opstellingen niet. En uiteraard is er geen feest zonder hapje of drankje !
BISTRO CULTUUR (foodtrucks - mobiel café)
ATELIER CULTUUR : Marbel-De-Luxe (creatief atelier voor het hele gezin)
MEKKANO GRANDE (bouwspel voor jong & oud)
ERFGOEDTREIN (vertrekt zaterdag en zondag om 14 uur)
SHUTTLE OPENINGSWEEKEND : Abdijmuseum Ten Duinen, station Koksijde, Zeedijk Koksijde-Bad, Kunstencentrum Ten Bogaerde

Zaterdag 2 juli (* zie hieronder)
20 uur : Geniet op de eerste rij van luchtballonnen die opstijgen van op de site van Ten Bogaerde.
23 uur : Feel The Sky Balloonshow (strand ter hoogte van Koksijde-Bad)
23.30 uur : vuurwerk op het strand - ter hoogte van Koksijde-Bad.

Meer informatie over de permanente (G. Grard : bronzen beelden & de George Grardzaal) en tijdelijke opstelling (FRAC Nord-Pas de Calais in Koksijde - Les pierres sauvages) vind je op de website van de gemeente Koksijde : http://www.koksijde.be/kunstencentrumtenbogaerde

(*) Op zaterdagavond 2 juli vindt de ’Feel The Sky Balloonshow’ plaats.
Het opstijgen van de luchtballonnen kan je om 20 uur bewonderen vanaf de site van Ten Bogaerde.

Wil je graag meevliegen met een ballon ? Inschrijven kan via ballonvaren@feelthesky.be.

Shuttle openingsweekend
In het openingsweekend is er een shuttle die op diverse plekken in de buurt rondrijdt :
Abdijmuseum Ten Duinen, Station, Zeedijk Centrum (horloge), Ten Bogaerde

Zaterdag 2 juli

Horloge Koksijde : 13.00u / 14.00u / 15.00u / 16.00u / 17.00u / 18.00u / 19.00u
Abdijmuseum(**) : 13.12u / 14.12u / 15.12u / 16.12u / 17.12u / 18.12u / 19.12u
Ten Bogaerde : 13.22u / 14.22u / 15.22u / 16.22u / 17.22u / 18.22u / 19.22u
Station : 13.32u / 14.32u / 15.32u / 16.32u / 17.32u / 18.32u / 19.32u
Ten Bogaerde : 13.42u / 14.42u / 15.42u / 16.42u / 17.42u / 18.42u / 19.42u
Horloge Koksijde : 14.00u / 15.00u / 16.00u / 17.00u / 18.00u / 19.00u / 20.00u

Zondag 3 juli

Horloge Koksijde : 10.00u / 11.00u / 12.00u / 13.00u / 14.00u / 15.00u / 16.00u / 17.00u
Abdijmuseum(**) : 10.12u / 11.12u / 12.12u / 13.12u / 14.12u / 15.12u / 16.12u / 17.12u
Ten Bogaerde : 10.22u / 11.22u / 12.22u / 13.22u / 14.22u / 15.22u / 16.22u / 17.22u
Station : 10.32u / 11.32u / 12.32u / 13.32u / 14.32u / 15.32u / 16.32u / 17.32u
Ten Bogaerde : 10.42u / 11.42u / 12.42u / 13.42u / 14.42u / 15.42u / 16.42u / 17.42u
Horloge Koksijde : 11.00u / 12.00u / 14.00u / 15.00u / 16.00u / 17.00u / 18.00u

(**) Let wel : het Abdijmuseum Ten Duinen is open van 14 t.e.m. 18 uur.

Wanneer :
zaterdag 2 juli 2016 om 13.00 u.
zondag 3 juli 2016 om 10.00 u.
Waar :
gemeente Koksijde
Ten Bogaerdelaan 10
Koksijde 8670

Retour




 

Recherche



 

Newsletter

Pour être tenu au courant des activités d'Espace Livres


Attention, si vous possédez une adresse YAHOO ou HOTMAIL, nous attirons votre attention sur le risque que nos messages ne vous arrivent pas ou qu'ils soient classés systématiquement dans vos spams. Nous vous invitons donc à inscrire et à utiliser une autre adresse pour le site.
 
 
 

Services

flux rssS'abonner au podcast