"Le Bonheur des Belges", la Belgique romanesque de Patrick Roegiers

Ecoutez Patrick Roegiers au micro d’Edmond Morrel


Ecoutez Patrick Roegiers au micro d’Edmond Morrel (27.5 Mo)

"Le Bonheur des Belges", la Belgique romanesque de Patrick Roegiers

"Le bonheur des Belges" Patrick Roegiers, Editions Grasset

Comme un astre autour du soleil, Roegiers tourne autour de la Belgique depuis qu’il s’en est exilé. « Le Bonheur des Belges » n’est pas le premier livre qu’il consacre au petit Royaume. Deux abécédaires « Le Mal du Pays » (une autobiographie de la Belgique) et « La spectaculaire histoire des Rois des Belges (chez Perrin) suivis d’un livre documentaire, « La Belgique, le roman d’un pays » paru chez Gallimard dans la collection « Découvertes » n’ont pas rassasié loin s’en faut l’appétit de raconter ce pays qui ne ressemble à aucun autre.

S’il fallait définir la catégorie à laquelle appartient le dernier livre de Roegiers , le terme « roman total » est le premier à se présenter sur le clavier. Le roman que tous les écrivains rêvent d’écrire un jour, un roman qui pourrait se consacrer à rien (comme le fantasmait Flaubert), ou qui engloberait le tout (on songe à Proust) ou qui mêlerait le rien et le tout (et ici, le « Ulysse » de Joyce s’impose à nous). D’ailleurs, Roegiers avait publié un étonnant portrait croisé de Proust et Joyce à partir de la brève rencontre des deux génies dans les salons du Ritz (Nous avions rencontré Roegiers à la publication de « La Nuit du monde ».

De la Belgique, Roegiers nous donne un roman total et initiatique. Sur les pas d’un jeune garçon de onze ans, sans parents, l’auteur nous entraîne au travers de neuf chapitres (comme les 9 boules de l’Atomium) dans l’histoire, la géographie, la géométrie, le génie, la fantaisie, l’irrévérence et la résignation, l’individualisme et l’aménité d’un pays. Roegiers invente une langue faite de ce qu’il désigne. Même les noms propres, de lieux ou de personnes, chantent dans le récit qui semble ainsi s’appuyer sur une ligne mélodique continue entrecoupée, régulièrement, de dialogues entre le narrateur et les personnages de rencontre ou entre ces derniers.

Voici un livre étrange né d’un exil de son auteur. Il n’est pas surprenant que Roegiers ait choisi de confier la narration à un enfant sans parents. Sous ses dehors rieurs Uylenspiegeliens et virevoltants, "Le Bonheur des Belges" ne serait-ce pas aussi le roman d’un orphelin qui arriverait enfin au terme d’un cheminement de deuil ?

Un des grands romans de la littérature francophone.

Edmond Morrel

Présentation du roman sur le site de l’éditeur GRASSET

Le 10 septembre 2012 à l’Hôtel de Ville de Bruxelles à 18h30, Jacques De Decker s’entretiendra avec Patrick Roegiers à l’occasion de la sortie de son roman "Le Bonheur des Belges".

Cette soirée, agrémentée de lectures par Jean-Claude Frison et Michel de Warzée
est organisée par

Tropismes Librairie , que le journal Libération inscrit parmi les "six plus belles librairies d’Europe"

et la

Bibliothèque des Riches Claires, dont le dynamisme au sein des bibliothèques de la Ville de Bruxelles n’est plus à démontrer.

Elle aura lieu à l’Hôtel de Ville de Bruxelles

Grand-Place
B-1000 Bruxelles

Le 11 septembre à 18 heures, c’est au tour de la Librairie Fiigranes d’accueillir Patrick Roegiers. Tous les détails figurent sur le site de la librairie bruxelloise.

Retour




 

Recherche



 

Newsletter

Pour être tenu au courant des activités d'Espace Livres


Attention, si vous possédez une adresse YAHOO ou HOTMAIL, nous attirons votre attention sur le risque que nos messages ne vous arrivent pas ou qu'ils soient classés systématiquement dans vos spams. Nous vous invitons donc à inscrire et à utiliser une autre adresse pour le site.
 
 
 

Services

flux rssS'abonner au podcast