"La femme de l’homme au chapeau boule"

Magritte vu par Roegiers et mis en scène par Monique Lenoble au Poème 2


Ecoutez Patrick Roegiers interviewé par Edmond Morrel (34.2 Mo)

Ecoutez Monique Lenoble interviewée par Edmond Morrel (42.8 Mo)

"La femme de l'homme au chapeau boule"

Présentation sur le site du Poème2 :
Du 27 janvier au 20 février

Patrick Roegiers a magnifiquement écrit le couple des Magritte, René le peintre de génie et sa femme Georgette. Usant d’une poésie décalée et ironique, l’écrivain entrelace le vide du quotidien, sa banalité et ses conventions, avec les terreurs intimes qui, dans l’inconscient nourrissent le travail de l’artiste : un père qui le terrorise, une mère dont le suicide n’a cessé de le hanter, une Belgique et une vie où il ne trouve pas le bonheur auquel il aspire, hormis dans cet amour imputrescible qui le lie à Georgette, muse de sa vie. Roegiers investigue la banalité d’un être en le restituant dans une lumière crue, sans fard, sans artifice. Mais, à l’instar du tableau de Magritte intitulé "ceci n’est pas une pipe", il semble nous souffler à l’oreille, derrière chaque mot, "ceci n’est pas une vie.".

Monique Lenoble signe une mise en scène éblouissante du texte de Roegiers, servie par le jeu subtil de quatre comédiens au mieux de leur jeu, dans la justesse, dans la drôlerie, dans l’étonnement tragique du quotidien. Sans qu’aucun tableau de Magritte ne soit représenté, Monique Lenoble réussit à nous faire entrer dans la palette des lumières, dans l’espace et dans la couleur du peintre hennuyer. Elle conjugue pour arriver à cette étonnante magie les différentes facettes de son talent de metteur en scène, de réalisatrice de cinéma et video ainsi que de comédienne. Il ne peut être qu’aux anges l’auteur dont le texte est confié à une si juste lecture et un si pertinente adaptation.

Nous avons interviewé l’auteur et la metteur en scène à propos de cette "femme de l’homme au chapeau boule, un des spectacles les plus originaux et intelligents de ce début d’année. Le talent conjugué de la réalisatrice et de l’écrivain subjugue et les comédiens et le public qui sort, comme nous l’avons été, enchanté de cette vision de Magritte à laquelle il ne faut rien ajouter ni enlever.

Edmond Morrel

Photo : Georgette et René Magritte, le 28 juin 1922 © Apic/Getty Images

Retour




 

Recherche



 

Newsletter

Pour être tenu au courant des activités d'Espace Livres


Attention, si vous possédez une adresse YAHOO ou HOTMAIL, nous attirons votre attention sur le risque que nos messages ne vous arrivent pas ou qu'ils soient classés systématiquement dans vos spams. Nous vous invitons donc à inscrire et à utiliser une autre adresse pour le site.
 
 
 

Services

flux rssS'abonner au podcast