Hugo Claus et Louis-Paul Boon : "Centenaires sans frontières"

Ecoutez "La Marge" et la "Contre-Marge" de Jacques De Decker


Ecoutez "La Marge" (4’) (4 Mo)

Ecoutez "La Contre-Marge" (20’) (15.9 Mo)

"La marge" de Jacques De Decker se décline en trois versions. Le texte publié, le texte lu par l’auteur, et la "contre-marge", un commentaire improvisé par Jacques De Decker au micro d’Edmond Morrel.

"CENTENAIRES SANS FRONTIERES"

Deux centenaires littéraires se célèbrent en Belgique ces temps-ci.

Le premier aurait pu concerner le centième anniversaire d’un écrivain qui aurait toujours été vivant, Henry Bauchau : il aurait, de fait, passé le cap du siècle en février prochain. Il se fait qu’il s’est paisiblement éteint dans son sommeil il y a quelques jours, et qu’il n’aura donc pas eu le privilège, à l’instar de Charles Quint, d’être présent à son rituel ultime. Les manifestations des cents ans de sa naissance, qui auront donc bien lieu, seront dès lors plus classiques. Elles consisteront essentiellement en des hommages académiques et universitaires divers, organisés essentiellement par le professeur Myriam Watthée-Delmotte, la très dynamique animatrice du Fonds Henry Bauchau abrité par l’Université de Louvain-la-Neuve.

L’autre se passe au Nord du pays, en l’honneur de Louis-Paul Boon, auteur que la Flandre proposa quelquefois au Prix Nobel, qui était une figure très populaire, célèbre par ses billets savoureux dans le quotidien socialiste « Vooruit », en quelque sorte la préfiguration plus engagée de l’actuel « Morgen », et connu par ses fréquentes apparitions à la télévision, où sa verve et sa drôlerie, servies par sa langue colorée de dialecte est-flandrien faisait des étincelles. Mais cette bonhomie cachait un écrivain de grande lignée, l’un des plus géniaux que la Flandre ait produits. Boon était, par exemple, l’écrivain de sa culture le plus admiré par Hugo Claus, qui lui consacra même le seul essai littéraire qu’il ait jamais écrit.
Dans le cas de Boon, mort il y a plus de trente ans, les festivités prennent un autre tour : marathon de lecture au KVS de Bruxelles relayé par l’internet, fêtes populaires dans son patelin local, Erembodegem à la lisière d’Alost, pages entières des grandes quotidiens, concours et joyeusetés diverses.

Bref, l’enthousiasme de toute une communauté autour de l’une de ses figures les plus populaires, auteur d’une œuvre où se côtoient chroniques picaresques comme « La Rue de la Chapelle », la seule fresque de lui qui fût traduite en français ( excellement, par Marie Hooghe), biographies empathiques comme sa vie du père Daens qui fut portée au cinéma avec le succès que l’on sait, roman expérimental comme « Menuet » qui existe aussi en français, transposé par Lode Roeland, et par ailleurs utopies politiques, contes érotiques et parodiques, récits comiques, bref une oeuvre torrentielle moins connue aux Pays-Bas qu’en Flandre en raison des localismes de sa langue, mais qui a cette particularité rare d’être aussi appréciée par les lettrés que par le plus large public, et surtout par les jeunes.

Boon se mit à écrire durant sa captivité en Allemagne, avant de joindre la résistance une fois revenu au pays. Bauchau, né à Malines quelques semaines après l’Alostois, entra en littérature passé la quarantaine, mais resta actif jusqu’à son dernier souffle, laissant des textes qui paraîtront désormais à titre posthume, et n’accéda à la notoriété que dans son grand âge. Apprécié par les nouvelles générations – il connut de son vivant l’admiration fervente des gens de théâtre -, transposé à l’opéra à deux reprises par Pierre Bartholomée, vivant à Paris depuis longtemps, après avoir séjouné en Suisse après la guerre, il a, pour sa part, surtout lorsqu’Hubert Nyssen l’accueillit chez Actes-Sud, conquis des lecteurs dans toute la francophonie. Leurs destins littéraires à tous deux sont-ils typiques des deux parts de Belgique qu’ils représentent ? En Flandre, un écrivain peut encore être un héros du terroir, même si sa notoriété ne s’étend que peu en dehors de sa région d’origine, en francophonie belge il a peu de chance d’être connu de l’homme de la rue, mais peut être entendu partout où le français se parle. Il est bon de s’en souvenir à la veille du sommet de Kinshasa…

Jacques De Decker

7 octobre 2012

style='float:left; width:142px;'>
style='float:right; width:175px;'>

Les "Marges" s’enchaînent sur quelques mesures de l’allegro moderato alla fuga de la Sonate n°2 de Nicolas Bacri interprété par Eliane Reyes. Ce morceau est extrait du récent CD enregistré chez NAXOS des "Oeuvres pour piano de Nicolas Bacri" interprétées par Eliane Reyes

Le disque réunit les oeuvres suivantes :
Prélude et fugue, Op. 91
Sonate n° 2
Suite baroque n°1
Arioso baroccp e fuga monodica a due voci
Deux esquisses lyriques, Op. 13
Petit prélude
L’enfance de l’art, Op 69
Petites variations sur un thème dodécaphonique, Op 69

Référence : NAXOS 8.572530

Retour




 

Recherche



 

Newsletter

Pour être tenu au courant des activités d'Espace Livres


Attention, si vous possédez une adresse YAHOO ou HOTMAIL, nous attirons votre attention sur le risque que nos messages ne vous arrivent pas ou qu'ils soient classés systématiquement dans vos spams. Nous vous invitons donc à inscrire et à utiliser une autre adresse pour le site.
 
 
 

Services

flux rssS'abonner au podcast