Ecoutez Paul Emond au micro d’Edmond Morrel

"La danse du fumiste", un roman devenu un spectacle époustouflant au Poème2 à Bruxelles


Ecoutez Paul Emond au micro d’Edmond Morrel (28.5 Mo)

Ecoutez Paul Emond au micro d'Edmond Morrel

"La danse du fumiste" de Paul Emond, un roman aux Editions Labor et une pièce de théâtre au Poème2 à Bruxelles

C’est lors d’un séjour en Tchécoslovaquie (nous sommes en 1978) que Paul Emond écrit son premier roman "La danse du fumiste", un récit ébouriffant d’un homme, le narrateur, qui parle d’un "gars, un homme "qui cause comme il respire". Au fil du texte (et du spectacle), l’histoire qui nous est racontée se retourne comme un gant, on ne sait plus qui est le fumiste, ce qu’on sait de chacun des protagonistes se modifie, se nuance, de distend.

Le lecteur (spectateur) devient témoin d’une vérité en marche : celle que l’on ignore toujours, la vérité des êtres. Le romancier découvre aussi peut-être l’impossibilité de connaître la vérité de ses personnages.

Ce premier roman, publié chez Jacques Antoine Éditeur en 1979 est un merveilleux exercice de style, mais surtout une occasion d’une lecture haletante qui laisse pantois celui qui se laisse prendre aux propos du "fumiste" et entraîné dans sa danse.

Allez jusqu’au 10 avril au Poème2 découvrir ce texte magistralement incarné par Gilles-Vincent Kapps, dans une production de la Compagnie du Septentrion, mise en scène de Christopher Luthringer, mise en lumière par Raphaël Noël et sous la régie de Marie Kasemierczak.

Edmond Morrel

Sur le site de Poème 2 :

"Puisqu’on vous a monté ce bateau-là, eh bien, bienvenue à bord, rythmez exactement votre respiration sur celle du texte que vous entendrez et pour le reste on s’occupe de tout, ne craignez ni le tangage du récit, ni le roulis des images, il n’y a qu’à écouter et vous savez écouter, il n’y a qu’à danser et on vous fera danser, vogue, vogue la galère au grand vent du large et à vous l’infini des mots, à vous le chant des sirènes, à vous la belle histoire, la vague et joyeuse histoire de celui dont l’ombre légère et zigzagante prit un jour la forme du bien nommé Caracala, puis en fumée s’en alla ! ". Paul Emond."

Retrouvez Paul Emond sur son blog

Retour




 

Recherche



 

Newsletter

Pour être tenu au courant des activités d'Espace Livres


Attention, si vous possédez une adresse YAHOO ou HOTMAIL, nous attirons votre attention sur le risque que nos messages ne vous arrivent pas ou qu'ils soient classés systématiquement dans vos spams. Nous vous invitons donc à inscrire et à utiliser une autre adresse pour le site.
 
 
 

Services

flux rssS'abonner au podcast