"Blanès" : le Prix Rossel 2014, un premier roman signé Hedwige Jeanmart

Ecoutez Hedwige Jeanmart au micro d’Edmond Morrel


Ecoutez Hedwige Jeanmart au micro d’Edmond Morrel (45,7 Mo)

Hedwige Jeanmart lit un court extrait de son roman (3,9 Mo)

"Blanès" de Hedwige Jeanmart (Gallimard)

Un roman sans défaut, maîtrisé en tout, à l’écriture envoûtante et jubilatoire : rien n’indique qu’il s’agit d’un premier roman. Un des membres du jury du Rossel a salué la "façon tout à fait originale et singulière de parler de l’abandon (...) sans pathos". Les thèmes de l’abandon, de la solitude, du deuil constituent le socle de "Blanès". Jeanmart a toutefois évité tous le piège de la compassion et déroule, dans un phrasé musical, jubilatoire et coloré, le labyrinthe dans lequel elle suit sa narratrice Eva, dans la station balnéaire de Blanès. Un roman attachant, où à plusieurs niveaux, la réalité et la fiction se mêlent, se confrontent, jouent à cache-cache. C’est bien cela, la littérature !

Nous avons rencontré Hedwige Jeanmart à Bruxelles, le 9 février 2015

Edmond Morrel

Sur le site de Gallimard

« Et si on allait à Blanès ? C’était mon idée. Je l’avais lancée le samedi 10 mars vers onze heures du matin, après mes deux cafés, consciente de ce que je disais et aussi du fait que je le disais pour lui faire plaisir, sans soupçonner une seconde que cette phrase innocente serait celle qui me ferait chuter tout au fond du gouffre où je suis. Pourtant des phrases, j’en ai dit. J’ai trop dit je t’aime alors que je savais que cela le fatiguait, j’ai dit des choses intelligentes aussi, puis des conneries comme tout le monde. Mais je n’aurai pas survécu à cette phrase-là. Samuel a répondu pourquoi pas ? Ça te dirait ? J’ai dit oui ça me dirait, on n’est jamais allés à Blanès, ce n’est pas si loin, une heure en voiture depuis Barcelone, à peine plus. On s’est mis d’accord, on irait le lendemain. Le soir, on s’est couchés en chien de fusil dans des draps blancs comme un linceul, j’ai respiré son odeur du soir, un peu âcre, et senti la chaleur de sa cuisse sur laquelle j’avais posé la main. Je me suis endormie heureuse sûrement, sans doute, pourquoi pas ? Je ne savais plus bien à présent, et le matin du dimanche 11 mars, en fin de matinée, nous avons pris chacun un livre et nous sommes partis pour Blanès. »

Retour




 

Recherche



 

Newsletter

Pour être tenu au courant des activités d'Espace Livres


Attention, si vous possédez une adresse YAHOO ou HOTMAIL, nous attirons votre attention sur le risque que nos messages ne vous arrivent pas ou qu'ils soient classés systématiquement dans vos spams. Nous vous invitons donc à inscrire et à utiliser une autre adresse pour le site.
 
 
 

Services

flux rssS'abonner au podcast